Hôtel Castellana de Ruta Sepetys

Informations concernant le livre

Titre: Hôtel Castellana

Auteure: Ruta Sepetys

Editeur: Gallimard Jeunesse

Nombre de pages: 592

Format lu: papier (merci à ma bibliothèque Bibloux)

Résumé

Madrid, été 1957.Passionné de photographie, Daniel Matheson, 18 ans, découvre l’Espagne à travers l’objectif de son appareil. Il loge au quartier général de la haute société américaine : l’hôtel Castellana, où travaille la mystérieuse Ana Torres Moreno. À mesure qu’ils se rapprochent, Ana lui révèle un pays où la dictature fait régner la peur et l’oppression, hanté par de terribles secrets…

Mon avis

C’est l’été 1957 à Madrid. Daniel Matheson se trouve à l’hôtel Castellana avec ses parents. Ana Torres Moreno, travaille là-bas en même temps car elle doit subvenir aux besoins de sa famille composée de Rafa, Julia et du bébé de celle-ci. Daniel est photographe, il est clairement texan dans sa façon de s’habiller. Dans le cadre du prix Magnum où il été sélectionné, il doit proposer un portfolio. Fuga, ami de Rafa et de la famille d’Ana, rêve de devenir un torero mais en attendant, il doit s’occuper t’enterrer des cercueils de bébés morts mais il découvre qu’ils sont vides. Daniel cherche donc à découvrir la vérité en creusant de ce côté-là tandis que Puri, qui travaille dans un orphelinat catholique se rend bien compte qu’il y a des secrets qui entourent ces bébés, ont-ils été volés à leur famille ? Daniel se rend bien compte qu’il y a un choc des cultures, c’est une Espagne encore sous le joug de Franco et de sa politique, tout le monde est surveillé par la Guardia Civil qui n’hésite pas à tuer ou à enfermer des innocents. Beaucoup d’espagnols ont perdus des enfants, des grands-parents, des parents. Julia, la grande sœur d’Ana est la chef de la famille et on sent bien que ce n’est pas facile tous les jours. Par exemple, lorsque Daniel vient apporter des cadeaux à la famille, personne ne les ouvre pour pouvoir les revendre après et en tirer un prix correct. Peu à peu les secrets seront dévoilés dans le récit. Comme d’habitude, Ruta Sepetys offre un décor réaliste avec des personnages comme nous, rien n’est idéalisé, elle ne montre que la triste vérité. Elle écrit encore une fois une histoire tendre, avec des personnages intéressants et tourmentés et des secrets.

L’histoire tourne autour de ses protagonistes et de la cousine d’Ana, Puri. J’ai plutôt bien aimé l’histoire même si ça m’a semblé plus loin que ses autres romans « le sel de nos larmes » et « Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre ». L’histoire est riche en histoire et c’est rare qu’une auteure arrive à pouvoir en parler. Je pense qu’il faut découvrir par soi-même si on aime ou non mais moi en tout cas j’adhère encore une fois ! Par exemple : la série récente sur Netflix « les demoiselles du téléphone » a eu un succès foudroyant, pourtant elle est espagnole et montre la vie de l’époque pour les femmes.

Ma note: 8,5/10

  • Choisir des livres dont les thèmes prêtent à des débats, servent à ouvrir le dialogue, à aller à la découverte des autres et des différences. OUI
  • Retenir des livres dont la référence culturelle est accessible à tous. OUI
  • Équilibrer les thèmes proposés, les intérêts des filles et des garçons. OUI
  • Promouvoir les auteurs francophones (au moins 2 sur les 5 choisis au final) et les éditeurs belges, de nouvelles maisons d’édition, des livres récents, pas encore primés. OUI
  • Tenir compte de la qualité littéraire de l’œuvre. OUI
  • Être attentif·ve au prix du livre, varier le nombre de pages (penser aux ados qui lisent peu). NON
  • Montrer par un choix réfléchi que la lecture peut être un plaisir enrichissant. OUI

Je vous retrouve très vite pour une nouvelle chronique.

Leave a Reply